Certes, j'aime évoquer cette métaphore
journalière de la création,
si pertinente pour mes petits étrons,
ceux-là que vous lisez ici.

Mais aurais-je jamais pensé
que la vie m'offrirait de telles
satisfactions partagées : bientôt,
un nouvel être qui me comprendra,
de ce point de vue du moins,
pendant quelque temps,
célébrant tous les deux
ces petits succès quotidiens offerts
en pleurant à autrui qui nettoie ;

et dès aujourd'hui, blottie dans cette attente,
une apothéose romantique
telle que je n'aurais su l'inventer ?

Il me revient, en effet,
de nourrir mon aimée de manière
à lui éviter toute constipation
douloureuse en ces circonstances ;
de préparer moi-même les aliments
qui seront par elle ingérés
en m'appliquant à concocter,
à force d'art et de science,
le mélange le plus apte à produire
en transit la consistance souhaitée.

Peut-on jamais aimer autant,
connaître telle intimité,
pénétrer plus profondément
le corps d'autrui d'une aimante intention,
visant à ce qu'elle goûte nos actions
à l'entrée mais aussi, et c'est là qu'on atteint
l'apogée de la dévotion,

apprécie la texture du résultant
lors de son sinueux parcours
au sein des nasses successives
où s'assimile lentement l'apport nutritionnel
tandis que mécaniquement,
provoquant une gêne tangible qu'il s'agit
précisément de réduire au possible,
l'objet créé fait le tour du bébé

que nous attendons, qui attend
elle aussi en occupant l'espace
autrefois réservé à ces exercices
(auxquels nous prêtions certes moins d'attention),
s'interrogeant probablement au sujet
de ces astres obscurs qui tournoient
sur d'étranges orbites, à portée
mais hors d'atteinte de ses outils
d'investigation expérimentale
(je le suppose du moins),

jusqu'à savourer de concert,
couple béat, union suprême,
au terme d'une course à la fois
ferme et fluide et ponctuelle,
une confortable éjection ?

Ah, mais j'en jouirais dans les toilettes,
juste après, tant cela comble
d'extase lyrique l'amoureux poète !

Et je me demande si ce serait aussi
une bonne métaphore de la création
littéraire, pour des textes plus longs ?

Et d'autres suppositions encore.

Partager ce texte